La première chose la plus importante que vous devez savoir avant de choisir la chirurgie esthétique, c’est que vous devez être en très bonne santé. Il est indispensable de raconter toute votre histoire de santé : antécédents familiaux, ou autres. Un candidat à la chirurgie esthétique ne doit pas souffrir de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’hypertension, ou d’autres maladies. Les femmes enceintes ou qui allaitent ne peuvent pas également bénéficier des interventions de la chirurgie plastique.

Savoir le nom de l’intervention et son principe

Connaître le nom de l’intervention que vous souhaitez réaliser est important, mais le plus important est de savoir son principe, en quoi consiste-t-elle, connaître les détails de la technique, parler à l’anesthésiste et avoir une idée sur les complications liées à l’anesthésie, etc.

Les effets secondaires et les risques liés à la chirurgie

Outre les résultats attendus, votre plasticien doit vous parler d’une façon complète et détaillée des complications et des effets secondaires qui peuvent survenir après l’intervention.

Parmi les risques les plus rares qui peuvent se produire suite à une chirurgie esthétique : les infections, le résultat non satisfaisant, la mauvaise évolution des cicatrices, la mauvaise cicatrisation, les hématomes, la phlébite, la nécrose cutanée, etc.

A quels résultats vous vous attendez ?

Les attentes du patient doivent être raisonnables. La chirurgie peut certes corriger certains défauts, mais il faut s’attendre à ce que le résultat peut ne pas vous  satisfaire. Dans tous les cas, votre chirurgien doit vous faire connaître les limites de votre procédure. Le patient doit à son tour être conscient que la chirurgie esthétique ne garantit pas une amélioration de la vie sociale ou amoureuse, et le guérit jamais les troubles psychologiques ou alimentaires.

Enfin, si votre objectif est de ressembler à une Barbie ou d’avoir un nez ou une paire de seins «parfaits», vous pourriez être très déçu. La chirurgie plastique a ses objectifs mais également ses limites.