pub chirurgie esthetique corée

Il y a peu un compte Twitter diffusait la photo assez impressionnante d’une publicité pour de la chirurgie esthétique dans le métro de Séoul. La photo était marquante pour un œil européen dans la mesure où nous n’avons pas l’habitude de voir cette marchandisation aussi nette des espérances que laisse entrevoir cette médecine de la beauté.

En France et dans pas mal de pays européens, la communication autour des avantages et des bénéfices de la chirurgie plastique est strictement interdite. Pourtant, en Corée du Sud, en Chine et même en Inde, ces affiches trouvent leur cœur de cible. La promesse d’un visage transformé et d’une beauté plus « occidentale » parvient à toucher les jeunes filles des classes moyennes de ces pays.

Pour trouver un mari mais de plus en plus pour trouver un travail conforme à ses ambitions professionnelles, ces lolitas d’Asie n’hésitent pas à mettre de l’argent de côté pendant longtemps et pour certaines à se faire par leurs parents afin de réaliser ce rêve d’un nez plus fin, d’yeux ronds et non bridés ou d’un menton plus affirmé grâce à un implant.

Qu’est-ce qui se joue derrière cette publicité et ce rêve ? L’idée que la vie peut changer grâce à une ou plusieurs interventions. Il s’agit proprement de changer de peau au sens premier et figuré du terme. Et c’est là aussi que se noue le cœur du problème posé par la valorisation commerciale. Jusqu’à présent un patient qui faisait sa chirurgie en Tunisie ou dans sa ville de résidence en France ou en Belgique avait l’espoir que l’opération pouvait corriger une anomalie plus ou moins perturbante.

Si la publicité autour de la chirurgie esthétique était autorisée, ne verrait-on pas forcément apparaître des slogans outranciers promettant une vie meilleure ? Car au final comment se démarqueraient les cliniques ou les chirurgiens spécialisés ? Sur le listing des interventions ? Sur les prix ?

Sans doute mais dans les deux cas, les choses sont a peu près égales d’un professionnel à l’autre. Il resterait donc peut-être cet argument différenciant d’une existence bouleversée en mieux pour attirer les candidats à une chirurgie esthétique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *